Plantes toxiques

CONCERNANT LES PLANTES TOXIQUES

Je ne couperai l'herbe que sur 50m dans le passage à Kerbrézel côté pâturage No 6 et à l'intérieur de ce pâturage No 6 sur une superficie de 5000m2 vraiment envahis par la ciguë afin de limiter la propagation de la ciguë.

Et ces 5000m2 sont condamnées définitivement pour les chevaux depuis 05/06/2024 sachant qu'il reste encore 1,7ha dans ce pâturage No 6, ce qui est largement assez.

Maintenant si la ciguë ou le séneçon ne sont pas coupés, les chevaux font le tri car ils sont dotés d'un solide instinct pour distinguer les plantes toxiques et sont suffisamment malins pour ne pas faire l'erreur de les manger.

Preuve à l'appui, on a visité une autre pension avec les chevaux dans des pâturages vraiment envahis de séneçon et de ciguë et avec de l'herbe rase.

C'est pourquoi, l'ingestion de plantes toxiques par les chevaux dans leurs pâturages est souvent accidentelle, comme la ciguë BROYÉE qui se mélangerait à l'herbe.

Attention la ciguë coupée et séchée ou dans les rounds de foin est moins amertume et représente un danger réel car les chevaux la distinguent moins.

Attention, surtout ne pas couper ou broyer les quelques ciguës dispersées dans les pâturages chevaux car, mélangée à l'herbe, la ciguë se distingue moins et représente un danger pour les chevaux sur la pâture, il faut impérativement les arracher et les évacuer.

Pour le Séneçon, le Rumex, le chardon, avec mon kart débroussailleuse, je coupe les refus dans les parcelles pâturées, avant production de graines.

La ciguë et le séneçon sont aussi toxiques dans la végétation que dans le foin.

En général les chevaux ne mangent pas ces 2 plantes toxiques à cause de leur amertume sous réserve qu'ils ont de la végétation dans leurs pâturages, ce qui est largement notre cas car environ 1ha / cheval.

SAUF en période de sécheresse en été, en manque de végétation et si on se trouve en surpâturage, ce qui n'est absolument pas le cas de la pension car environ 1ha / cheval, en plus, on peut complémenter avec du foin.

En remerciant les cavalières de continuer à enlever les quelques plantes toxiques dispersées ça et là dans leurs pâturages qui sont très très loin d'être envahis par la ciguë et le séneçon.

CONCERNANT LA PORCELLE ENRACINÉE, autre plante toxique.

Tous les chevaux n'aiment pas la plante et donc ne la mangent pas.

Dans une même pâture, où de la porcelle enracinée est présente, certains chevaux puissent être atteints de la de harper australien (mouvement atypique / hyper flexion involontaire d'un des 2 membres postérieurs) et d'autre non.

PRÉVENTION concernant le seul site de Kerbavec contaminé.

Éviter le surpâturage en diminuant le nombre d'équidés par hectare. Nous ne sommes pas en surpâturage car ~1hectare / cheval, soit toujours de la végétation que les chevaux préfèrent et on peut complémenter avec du foin en périodes sèches en été.

Faucher les refus (06 juin 2024, j'ai fauché les refus dans le pâturage No 2 à Kerbavec, le pâturage No 1 ayant été fauché par une tierce personne ce 06 juin 2024) afin de favoriser une meilleure repousse des espèces prairiales.

Les cavaliers peuvent mettre en place un pâturage tournant en divisant les pâturages.

Évidemment la division des 6 grands pâturages à Kerbrézel et des 2 grands pâturages à Kerbavec, au printemps et début été, permet aussi aux chevaux d’éviter de prendre poids ou de faire une fourbure.